mercredi 21 décembre 2011

On y est presque!

Quelques jours avant le grand jour, plus que deux jours d'école et déjà quelques jours de congé écoulés pour l'Homme. Les achats sont à toute fin pratique terminés, reste évidemment l'emballage qui ne me déplaît pas du tout! Pour ce qui est du magasinage, ça, c'est une chose dont je me passerais! Par chance, par très grande chance, la vie de verdure nous permet souvent d'être libres les jours de semaine où tout le reste du monde travaille et va à l'école. Cette chance nous permet d'éviter la cohue des soirs du temps des fêtes, et pire, celle de la fin de semaine! Je savoure l'évitement que nous arrivons à faire!

La dernière fin de semaine fut sous le signe de la popote festive, GéantVert s'est transformé en roi du mélangeur et nous a concocté quelques recettes de beignes et de biscuits. Un effort familial fut appliqué à ces nombreuses recettes, cuisson, découpage, décorations, emballages. Les années où nous sommes tous là, il faut bien en profiter!

Ce matin, notre trio de minis a pris la route de l'école, cadeaux pour les professeurs en main. C'est la dernière journée d'école du plus mini, couronnée d'un déjeuner en pyjama et d'un échange de cadeaux, il devrait rentrer à la maison bien heureux et fatigué. Et sa maman ne risque pas d'être fâchée, demain matin, de ne pas avoir à l'envoyer à l'école!

Il est maintenant l'heure pour moi d'aller emballer les nombreux cadeaux et faire de beaux cupcakes de Noël pour la Soeurette. Ce soir, on continue la décoration de nos biscuits, que je découvre être un plaisir à faire avec les minis.

Sur ce, je vous dis peut-être à demain et vous laisse sur une petite photo de notre RoiDesForêts.


Noël 2011

















mercredi 14 décembre 2011

Ish la la...

Noël est à nos portes, c'est de plus en plus évident, mais il n'est pas que merveille, car un petit coup d'angoisse vient de me tomber dessus. Contrairement aux Noëls de mon enfance, qui étaient passés en famille, avec tellement de cousins et cousines, que je devrais vraiment m'arrêter pour les compter, mes minis, eux, n'ont qu'un oncle ayant deux enfants, donc la famille complète compte cinq petits minis. Comme ces deux minis ne serons pas là, visitant la famille de la maman cette année, mes minis à moi, se retrouveront seuls de minis.

En plus de cette déception, les minis savent aussi, que leurs grands-parents ont choisi de leur donner des sous cette année... L'intention est bien bonne, de les laisser choisir eux même leurs cadeaux, mais les laissant aussi avec rien à déballer, car de notre côté, normalement, nous nous faisons un seul cadeau familial, souvent, pas emballé et pas vraiment un jouet non plus. Tout ça est bien correct, mais tout ça mis ensemble, rendra cette soirée... un peu moins que moins.

Un Noël des plus réduits arrive, il faut que je trouve une façon de le rendre magique, malgré tout ce qui sera... un peu moins, disons. Ce sera un défi de taille, je risque d'avoir recours à l'imagination de ma grande FleurDesChamps.

Sur ce, je vous dis peut-être à demain!

mardi 13 décembre 2011

Parlant de p'tits bonheurs!

C'est justement le meilleur temps de l'année pour les trouver partout! Ce matin, c'était la petite neige toute fine qui tombait doucement du ciel qui m'a fait sourire.

J'adore cette impression de magie qui arrive avec décembre. Si on oublie un peu la pression qui vient avec les soirées à organiser, les cadeaux pour lesquels il est parfois difficile de trouver l'inspiration, il reste tout de même le bonheur de préparer cette nourriture en famille, celui de cacher les cadeaux des yeux trop curieux et le bonheur de simplement se retrouver.

Alors que l'on est en pleine préparation de ces quelques journées de fêtes, profitons du plaisir de cette anticipation. Car, c'est bien comme un mariage, on prépare ça pendant une éternité, mais c'est si vite passé, aussi bien se faire plaisir avant!

Sur ce, je vous dis peut-être à demain!

lundi 12 décembre 2011

Ces irritants

En général, j'essaie d'apprécier ce que je ne peux changer. C'est pourquoi je n'aime pas me plaindre de la température, c'est aussi pourquoi je me plais à savourer l'arrivée de chacune des saisons. Pourquoi s'acharner à noter le négatif tout le temps? Pourquoi faire cas de la température? Surtout, pourquoi se plaindre de ce qui, à toute fin pratique, est nécessaire à la vie. S'il ne pleuvait jamais, on s'entend qu'il ne ferait pas trop bon vivre sur terre avant longtemps!

C'est la même raison qui m'amène à apprécier le lundi, oui, la levée du corps est difficile le lundi matin, mais c'est le début d'une nouvelle semaine et si c'est nécessaire de s'encourager pour survivre,  inévitablement, elle nous mènera à la prochaine fin de semaine.

Une chose qui m'irrite, que je n'arrive pas à trouver positive... c'est la vision contraire. Je n'arrive pas à comprendre que l'on puisse vivre dans un monde tellement négatif, se plaindre de tout, surtout de ce que l'on ne peut changer. Quand les semaines ne sont qu'une longue complainte vers le vendredi, qui ne sera finalement qu'une courte délivrance de ce monde pénible... seigneur!

Quand les seuls commentaires venant d'une personne se veut une critique négative envers une personne, une situation, un «problème». Quand cette personne n'arrive qu'à aimer qu'une pincée de ce qui l'entoure et que tout le reste est un irritant qui lui gâche la vie... Je crois sincèrement qu'il y a un problème et qu'il serait profitable pour tout le monde que ça change.

N'étant pas ma tête, pas ma vie, je n'y peux pas grand chose. Je ne peux que retenir un soupir de découragement et passer à autre chose.

Je peux aussi essayer de donner à mes minis, quelques trucs d'appréciation des choses banales de la vie! Car, oui, la fie est faite de banalités, de longueurs, de pluie, de neige, de chaleur, d'erreurs et de frustrations. Mais toutes ces choses peuvent être soit lourdes, soit un détail, soit un rire, soit un plaisir, soit un bonheur.

Et toujours se souvenir... que ça pourrait probablement être pire!

Sur ce, je vous dis peut-être à demain!

mercredi 30 novembre 2011

Ces monstres de l'enfance...

Non, pas ceux que l'on croit voir surgir de sous notre lit, pas non plus ceux que nous avons peur de voir apparaître une fois le soir venu. Pas non plus ceux que l'on voit dans nos cauchemars après avoir écouté le mauvais film.

Ce soir, je parle plutôt de ceux que l'on connaît, grandeur nature, ceux qui parfois, avaient même été nos amis. Je parle de ces monstres qui transforme des enfants débordants de joie de vivre, en êtres qui ont peur de respirer trop fort.

Il y a eu, jadis, une petite fille qui ne doutais pas trop, qui aimait la vie. Elle n'est plus, on l'a piétinée, on l'a salie, même si tout le temps qu'a duré ce calvaire, elle criait qu'elle ne méritait pas ça, aujourd'hui, elle n'a besoin que d'un rayon de soleil mal placé pour se retrouver, comme à 11 ans, perdue, tremblante et nauséeuse.

Elle s'est détaché, a fait son chemin par en avant, mais lorsqu'il lui arrive de croiser un visage du passé, elle ne pense qu'à ces monstres. Elle a choisi de laisser leurs visage très loin dans le fin fond de ses souvenirs, si loin, qu'ils sont presque totalement effacés, ce qui ne lui reste que le doute, ancien ami ou ancien ennemi... et l'envie de ne pas trop se forcer de retrouver la mémoire, de peur d'être face à l'un des monstres.

Que reste-t-il de cette enfance? De vagues souvenirs, de profondes blessures, et une vie changée à jamais.

Aujourd'hui, partout, on parle d'elle, celle qui vient d'abandonner, celle qui a cru qu'il n'y avait qu'une seule issue pour elle. Les uns crient au scandale, d'autres répètent leur rengaine:« Il y aura toujours ces monstres, on doit juste passer à travers» et ma préférée « On est tous le monstre de quelqu'un et le terrorisé d'un autre... » Pardon?? Il faut définitivement avoir été du côté de la clôture d'où les tomates partaient et où les gloussements se répandaient pour s'inventer une telle justification.

Je n'ai été le bourreau de personne et n'admettrai jamais que l'un de mes enfants fasse subir ce traîtement à quiconque. Et, non, il ne suffit pas de juste passer à travers. Il faut s'en sortir, il faut trouver le moyen de retourner la situation ou juste d'en sortir. Ma façon a été d'ignorer les bons conseils de charité chrétienne et de ne pas tendre l'autre joue. Mais cette rage qui m'a sauvée, c'est elle que je garde encore en moi, celle que je n'étais pas sensée connaître.

En cinquième année, la petite fille souriante est disparue, j'ai commencé à serrer les dents, littéralement, à avoir peur, peur de tout, tout le temps. Je ne fais confiance à personne, je ne me sens à ma place nulle part(sauf au Cocon)... et tout le tralala qui vient avec.

Je garde espoir d'un jour pouvoir constater que pour certains... Karma is a bitch!

Car, comme je le dis si souvent à mes minis... Tout ce que tu fais de mal, la vie trouvera une façon de te le faire payer!

Alors... Aux parents de ces monstres...

Sur ce... peut-être à demain.

vendredi 25 novembre 2011

Même sans la neige

Ça sent déjà Noël au Cocon. L'an dernier aussi, les décorations étaient installées, la CocotteMagique était passée tôt, car si elle voulait que notre GéantVert profite un minimum de ses beautés colorées, il faillait bien se dépêcher. Cette année, elle est encore une fois passée bien plus tôt que d'habitude, cette fois, probablement parce que contrairement à l'année dernière, il sera avec nous.

Il y a des moments dans la vie, qui ne peuvent être vécu sans ceux qui font de nous ce que nous sommes. Ces personnes qui, malgré tout et en raison de tout, sont une partie de nous. Nous sommes cinq, qu'il soit là, c'est aussi important pour lui que pour nous. Noël, c'est ce moment qui fait le plus mal à passer loin les uns des autres. Nous sommes cinq et cette année, c'est probablement le plus précieux cadeau qui se trouvera autour du sapin.

Au coeur de mon Cocon, cette année, Noël durera longtemps, il s'étirera de la mi-novembre, au début janvier.

La CocotteMagique a bien travaillé, le Cocon scintille de partout, ça me fait sourire et me donne envie d'écouter de la musique, de cuisiner (encore plus) d'entendre les enfants s'inventer des histoires dans leur cabane magique et regarder mon Homme mettre du bois dans la cheminée.

Sur ce, j'espère pour vous tous que l'esprit des fêtes vous fera au moins un peu sourire aussi et vous dis peut-être à demain!

mercredi 23 novembre 2011

Jamais bien long...

Je ne peux dire cela de ma présence sur mon blog, j'avais l'habitude d'écrire chaque jour, la routine changeant, et surtout l'aspect NONportable de mon portable, n'aident pas à mon retour à l'écriture quotidienne.

Cela risque tout de même de changer bientôt, car il y aura, déjà, le retour de l'Absence de mon GéantVert. Sa formation de MasterVerdure me l'aura rendu à temps plein pour une bonne période, mais son excellence l'éloignera du Cocon pour les cinq premiers mois de l'an prochain. Plus qu'un mois et quelques jours avant qu'il remplisse sa minibagnole et prenne la route de la province voisine.

Il n'y a pas si longtemps qu'il rentrait tu TooFarFromUsEast, mais à force de vivre cette vie de conjointe de verdure, cela me semble simplement normal et le temps que l'on aura passé ensemble aura été bien rempli, au point de donner l'impression que son retour est déjà bien loin derrière nous.

Ce départ ne sera pas aussi lourd que ceux vers le TooFarEast, il n'y aura aucun danger encouru et les nombreuses possibilités de se voir. Que ce soit lui qui rentre au bercail de temps en temps, ou nous qui parcourions des tas de km pour le rejoindre et visiter ce beau coin de pays, les retrouvailles seront possibles et très appréciées.

Une nouvelle aventure pour lui, pour nous par le fait même, et le retour du sens de mon blog. Car il se voulait une fenêtre sur notre Cocon, pour Lui, pour qu'il se sente un peu moins loin.

Pour ce qui est de ce Portable devenu NonPortable, c'est son petit coeur qui est fatigué, pas capable de survivre loin de la prise murale. Situation désagréable, lorsque l'on aime bien profiter de la soirée, du Divan et du feu de foyer, pour jouer du clavier. Le ReDépart de mon GéantVert m'amènera très certainement à réorganiser mon environnement pour reprendre cette belle routine du soir.

Sur ce, je vous dis peut-être à demain!

lundi 31 octobre 2011

Monstrueusement Spécial

Il y a une journée bien particulière, qui donne tout plein de bonheur aux minis, l'Halloween. C'est une journée faite sur mesure pour eux. Ils peuvent s'en donner à coeur joie dans la création de leur costume, ils peuvent rêver à la tonne de bonbons qu'ils récolterons et s'imaginer qu'ils pourront s'en empiffrer.

Cette année, grâce à l'école, cette journée, se sera étirée, du jeudi matin au lundi soir. Fête à l'école le jeudi après midi, refête à l'école le jeudi soir, congé le vendredi, fête à la maison le samedi, fête chez un ami le dimanche et enfin, le véritable jour J, cueuillette dans les rues lundi soir.

Avec tout ça, j'étais presque prête à sauter le lundi soir, n'eut été du bonheur que l'anticipation provoquait en eux et qui faisait rayonner leurs visages, de la journée plus que fantastique du plus mini et du plaisir de les voir si heureux. Alors j'ai revêtu mon costume de mère paresseuse, celui de sorcière, et avec un ChaperonVert, un FantômeVengeur et un beau petit Lion, sans oublier l'Homme qui portait son habit de papa plate qui refuse de jouer le jeu, nous sommes partis à la recherche de sucreries!

La cueillette ne fut pas si grandiose que d'habitude, mais le lundi soir n'est pas un soir très propice à éterniser les festivités d'Halloween, l'école se  repointant le bout du nez tôt le lendemain matin.

Malgré tout, les minis se sont couchés le coeur léger et bien heureux de cette fête automnale. Et moi, autant qu'eux, car ils ont encore une fois profité de leur bonheur d'enfants et ça, ça fait mon bonheur.

Sur ce, je vous dis peut-être à demain

mercredi 26 octobre 2011

Besoin de décompression!

Aujourd'hui, fut le genre de journée que je n'aime pas trop. Je n'ai pas passé une journée de souffrance, loin de là. Mais ce fut une journée interminable! Depuis le moment où j'ai mis une orteil  au sol ce matin, je n'ai pas eu une minute pour m'arrêter. Contrairement à mon habituel rituel matinal, où je prends le temps de sirotter deux cafés, soit à mon bureau, soit dans LeDivan, ce matin, j'ai bu mon café dans une tasse thermos, en route vers la thérapie du Nounours. Et une fois dans la salle d'attente, j'avais oublié mon livre, mon ipod était mort... C'était loin d'être mon plus beau matin.

Suivi de la suite logique, je devais ramener le Nounours à l'école, puis, rencontre avec son professeur et son éducatrice spécialisée. Rencontre toujours agréable, mais, c'était mon dernier moment relaxe de la journée! Ensuite, ce fut la course, aller chercher ce dont j'avais besoin pour un gâteau et me dépêcher à aller cuisiner mes 96 cupcakes plus 2 gâteaux... Il va sans dire que j'ai passé toute... toute ma journée, dans la cuisine.

N'oublions pas que la vie n'arrête pas de tourner parce que j'ai des gâteaux à faire, donc il a bien fallu nourrir toute la petite famille, le retour de l'école, l'heure des dodos et ouff, par chance, l'Homme était à la maison pour une partie de tout ça.

Toutes ces heures à cuisiner, je suis épuisée, mais trop pour aller me coucher. Je ne serais pas capable d'aller au lit, sans avoir pris un peu de temps, pour moi, tranquille, dans LeDivan. Un peu de netsurfing, une petite émission qui ne demande pas un trop haut QI, et bien sûr, un petit tour ici, pour reposer mon pauvre petit cerveau. Car en dehors de compter les tasses de farine et de sucre, aujourd'hui, il n'y a pas eu grand stimulation!

Sur ce, détente cérébrale faite, je vous dis donc peut-être à demain.

lundi 24 octobre 2011

Nous y revoilà!

Une autre journée de passée, me voilà de retour à mon clavier! Je me dis que c'est fort probablement le grand retour au calme au Cocon qui me coupe l'inspiration. Après une année bien mouvementé, passée entre Absences et voyages, crises scolaires et tralala. Une petite vie tranquille, un GéantVert à temps plein au Cocon le temps de parfaire son grand génie, l'absence de crises scolaires majeures, rien de plus reposant, par le fait même, pas très intéressant à raconter non plus.

Il y a bien des projets, mais si lointains et si nombreux, qu'ils pourraient se volatiliser avant de se concrétiser. Notre voyage au RoyaumeMerveilleux, fut la découverte d'une destination créant  une dépendance certaine. Ce qui nous semblait être le voyage que l'on fait une seule fois dans une vie, est devenu un but récurant. Nous ne nous demandons plus Si nous y retournerons un jour, mais plutôt quand nous y retournerons et Si nous arriverons à mettre de côté cette destination, pour aller découvrir d'autres coins de l'univers.

Nous avons les plans rénos, les plans voyages, les plans gros achats, les plans réaménagements, pas de plan déménagement et trois minis qui grandissent tellement vite. L'adolescence frappera à notre porte, très vite, très, très vite!

Dernière année au primaire... voilà mon traumatisme du moment. Je me souviens de la mienne, je me souviens de la rentrée au secondaire, Sa vie est tellement différente de la mienne. Elle devra se séparer de certains de ses amis, car ils seront éparpillés entre quelques écoles et elle en sera bien peinée. Moi, je me libérais d'un environement hostile, pour recommencer à neuf, ou presque. Je reprennais vie et je n'éprouvais aucun regret.

La vie coule, rose, grise, bleue, mais elle coule toujours et on ne peut l'arrêter.

Sur ce, je vous dis peut-être à demain!

dimanche 23 octobre 2011

Quand ça va bien...

Je finis par manquer de jus... La vie coule tranquille, rien de dramatique à utiliser comme inspiration pour venir écrire quotidiennement. J'aimais pourtant ce moment que je m'offrais chaque soir, seule avec mon clavier. Je l'ai troqué pour... rien finalement. Presque chaque soir, je me dis que je devrais essayer de trouver un sujet, il faudrait bien que j'essaie un peu plus fort.

Ce moment que j'accordais à mon blog, je l'utilisais aussi pour en lire d'autres. Comme je n'écris plus, je ne lis pas plus... Ce qui n'aide pas à mon inspiration, et ce qui me manque aussi. Ce soir, j'ai décidé d'essayer un peu plus fort, j'ai commencé par aller faire un petit tour de blogs. Ce qui m'a amenée chez Mamanbooh. Chez-elle, il y a, comme chez-moi, l'infâme dyspraxie, il y a bien plus encore, et comme elle, ma vie ne s'arrête pas aux besoins de mes minis.

Il y a aussi cette part de vie, qui commence à me hanter, qui semble me pendre au bout du nez. Ce fait, qu'être parent, n'exclue pas que l'on est l'enfant de quelqu'un. Qu'être l'enfant de quelqu'un, ne s'arrête pas  le jour où l'on donne la vie à notre tour et que cela implique peut-être aussi des responsabilités auxquelles nous n'étions pas tout à fait prêts, que l'on attendait pas si vite.

Pourquoi? Comment? Comment? Comment? Ces questions, dont on ne peut trouver la réponse, qu'avec le temps... ou pas. De mon côté, j'attends, je surveille de loin, où est, où sera, ma place là dedans? Lorsqu'être JusteUneMaman ne sera plus vraiment une option, car il me faudra faire face à la seconde partie de mon rôle de FilleDe. Je me dis qu'on verra bien quand on verra.

D'ici là, la si difficile année que l'on a traversée est bien derrière nous, il faut profiter de ce moment de paix auquel nous avons droit enfin. Les minimecs vont bien, tous les deux ont la chance d'avoir des professeurs qui ont véritablement choisi le bon métier. Ça fait du bien au coeur de mère, ça fait du bien à l'humeur des minis. C'est un trois en trois cette année, car la grande FleurDesChamps aussi a le professeur qu'elle voulait, ce qui termine bien son aventure au primaire.

Une autre étape de notre vie qui arrive à grand pas... Le Secondaire!! Je n'arrive pas à le croire, déjà... Une autre étape à laquelle je suis pas tout à fait prête...

Sur ce, peut-être, je dis bien peut-être, à demain!

lundi 3 octobre 2011

Les Griffes...

Cette semaine, n'ayant pas de projet culinaire officiel à réaliser, j'ai décidé d'essayer une chose qui m'intriguait; Les faux ongles. J'aurais bien aimé pouvoir aimer, m'offrir un petit côté plus féminin... C'était peine perdue, aussitôt que j'ai eu collé le premier, je regrettais déjà et ce n'était pas près de changer. Le lendemain matin, j'avais l'impression d'avoir fait arracher mes ongles plutôt que d'en avoir ajouté une couche.

Après avoir survécu à la douleur de la première journée, lorsqu'en faisant le lit, deux ongles se sont arrachés, c'est au désagrément de les enlever que j'ai eu droit! Non, mais quelle cochonnerie! Il me faudra trouver autre chose pour me trouver féminine, parce que les faux ongles, on repassera et les vrais, ça ne se fera pas non plus.

Entre temps, je me contenterai de ma créativité et de ma fabuleusement soyeuse chevelure pour être certaine d'être une vraie!

Sur ce, je vous dis peut-être à demain!

mercredi 28 septembre 2011

Il était une fois... une vie qui filait trop vite...

Lorsque l'on était jeune, le temps nous semblait pourtant s'égrainer si lentement. Les journées étaient longues, les semaines interminables et l'année prochaine, c'était si loin. Aujourd'hui, j'ai plutôt un sentiment d'urgence, l'urgence de profiter du temps avant qu'il ne soit passé, de vivre nos projets, sans trop les repousser, par peur qu'il finisse par être trop tard.

Demain, est déjà là, et c'était hier que l'Homme partait de l'autre côté de la planète, pour si longtemps. C'était hier que je tenais dans mes bras, ma FleurDesChamps d'amour pour la première fois. Pourtant, c'est demain qu'elle terminera son primaire et débutera une toute nouvelle aventure.

Voilà ce qui arrive, lorsque notre grande grandit encore, on regarde en arrière et on n'en croit pas nos yeux, d'avoir traversé tant d'années, déjà.

Sur ce, je vous dis peut-être, à demain

vendredi 23 septembre 2011

Des fois, c'est trop...

Il y a de ces moments dans la vie, où tout devient trop lourd, où on cherche le sens de la tornade qui nous bouleverse. Dans ces moments, moi, j'écris, je cris, ou je l'appelle. Mon appel commence toujours, dans ces cas là, par un bon vieux :«Aye! Là, faut que je me défoule!» Dans ces moments là, l'angoisse qui fourmillait en moi et se préparait à former la trop bien connue «Boule dans la gorge», s'envole en paroles fortes et peu délicates, pour me laisser presque apaisée, parce que, pour un instant, je n'étais plus seule dans ma tempête.

Elle ne peut probablement pas changer grand chose à ce qui m'arrive, mais ce n'est pas ça l'important. Le problème ne sera certainement pas réglé, mais ce n'est pas l'important. Ce qui importe le plus, c'est de savoir que, quelque part dans ce monde, il y a quelqu'un qui peut entendre ce que j'ai sur le coeur. Quelqu'un qui me connaît assez pour que je puisse m'accrocher, le temps d'un appel au moins.

Il y a de ces moments, où ce sont mes amis qui ont besoin de faire l'appel. Ce qui fait monter les larmes dans mes yeux, c'est d'apprendre qu'ils sont restés là, la Boule dans la Gorge, seul face à la tempête. Alors que chez-moi, le soleil brillait et que j'ignorais tout de l'hécatombe de l'autre côté du monde.

Il y a de ces poids, qui se portent tellement mieux à deux, pourquoi s'infliger le fardeau de le porter seul?

Sur ce, je vous dis peut-être à demain.

jeudi 15 septembre 2011

Quand la maison se vide...

Avec le retour au travail de mon GéantVert ce matin, c'est dans une maison très calme et vide de tous ses bipèdes, mis à part moi, que je suis rentrée prendre mon café, après avoir accompagné les minis à leur arrêt d'autobus. La situation semble même avoir perturbé quelque peu le grand Canin, qui est allé se recoucher... dans la chambre... pendant presque tout l'avant midi. Il faut bien admettre, que sirotant mon café, pitonnant sur mon ami Portable, en écoutant d'une oreille distraite, quelques enregistrements télévisuels, j'étais probablement peu intéressante.

Mr.Suky, est enfin devenu le toutou dont on rêvait. La race de canin que nous aimons beaucoup, a un petit trait de caractère qui le rend... disons que c'est une grand épreuve de patience, passer à travers les deux longues premières années avec eux. Vous connaissez le film Marley et moi... On pourrait appeler ça Suky et moi... Nous en sommes enfin au moment ou les folies sont passées, à 90% je dirais. C'est un vrai bonheur de l'avoir avec nous maintenant.

Je peux enfin le laisser libre, sans m'inquiéter qu'il ne démolisse tout ce qu'il pourrait trouver. J'ai le plaisir de l'entendre se lever pour me suivre aussitôt que je quitte une pièce. En plus d'être rassurant, c'est apaisant, ça fait chaud au coeur d'être au coeur de son univers. On peut vraiment dire qu'il fait partie de la famille maintenant. Notre premier Ado!

Demain, déjà la fin de semaine, le retour au travail de l'Homme n'aura pas été trop long, mais pas moins difficile sur son humeur. Disons qu'après tous ses mois au loin, il en aurait pris encore beaucoup plus en congé. Mais toute bonne chose a une fin, et il ne faut pas oublier que Noël est déjà bien près!

La vie file! Sur ce, je vous dis peut-être à demain.

mercredi 14 septembre 2011

Respirer...

C'est une profonde inspiration que j'avais prise, depuis notre retour, je retenais mon souffle. La fin de nos merveilleuses vacances résonnait de l'annonce de l'année scolaire qui arrivait à si grands pas. L'année dernière, j'avais fini par arrêter d'avoir envie d'écrire, mes sujets me semblaient n'être que répétitions constantes; Absence, retour, départ, l'horreur scolaire... La peur du retour de ce dernier sujet me pétrifiait.

J'ai passé l'été en vacances, en voyages... Je l'ai surtout passé à observer mon plus mini. Je cherchais les traces de cette dernière année, passée à se retrouver en échec, à se faire faire toutes les reproches possibles. Fils de son père en tous les sens, il ne sert à rien de l'attaquer car vous ne verrez pas la blessure dans ses yeux qui se détournent alors qu'il s'efforcera de continuer, souriant, ravalant très efficacement ses larmes. Ces traces, je les ai trouvées, cachées un peu partout dans sa personnalité, dans les silences qu'il tentait de faire oublier, dans les hésitations qui n'étaient pas là avant, dans ses mots, lançés de temps en temps... Et j'ai mal de ces traces, j'ai mal de cette année que j'aurais tellement préféré lui éviter.

Mon plus mini a de nombreux défis à relever, le plus grand, qu'il partage avec son frère, se trouve dans l'incapacité de leur entourage de les déchiffrer. La façon qu'ont certaines personnes de penser tout savoir et me regarder comme une extra-terrestre lorsque je défais leur préjugé. Pas de questions, que des jugements pathétiques, parce qu'ils sont difficiles à comprendre, parce que c'est difficile à comprendre.

Mais bref, le retour à l'école... J'espère ne pas m'emballer trop vite, mais pour l'instant, j'ai l'impression qu'on va s'en sortir. On savait déjà que le Nounours serait en de très bonnes mains, connaissant le professeur qu'il aurait la chance d'avoir. Pour la FleurDesChamps, c'est toujours moins stressant, autonome et merveilleuse qu'elle est, mais elle aussi, semble être vraiment bien tombée. Mais on ne se le cachera pas, c'est pour ma Tomate que j'angoissais. Lui aussi, il est en de très bonnes mains, des mains calmes, patientes et accueillantes.

C'est un beau début d'année pour mon coeur de mère, avec l'Homme à mes côtés en plus, ça s'annonce plaisant!

Sur ce, je vous dis à peut-être à demain, maintenant que je respire!

vendredi 26 août 2011

Dans mon lit...

L'été me semble avoir été un tourbillon de voyages, m'emmenant au loin sans prendre le temps de reprendre mon souffle. Un été intense, un été mémorable. Nous avons vu du pays, avons goûté aux saveurs qui ne sont pas les nôtres, dormi dans des lits qui n'étaient pas aussi parfaits que le nôtre et maintenant, je savoure le retour dans mon chez-moi!

Je garderai le souvenir d'une plage merveilleuse, d'une ville que l'on a à peine commencé à découvrir et qui nous attend pour de nombreuses autres visites. Je me souviendrai du plaisir de dormir trop tard dans une tente rendue trop chaude par le soleil levé bien avant nous. Je reverrai longtemps les minis et leur GéantVert, jouer à la tag en plein milieu d'un îlot de pelouse au coeur de la ville, dans le but de faire sécher les vêtements détrempés des minis qui venaient de se rafraîchir dans une fontaine trop amusante. Je sens encore les vagues qui m'emportait, le sable chaud sous mes pieds.

Les soirées à lire mes romans, armée d'une lampe frontale, près du feu, un verre de vin (délectable et presque donné) à la main font aussi partie des souvenirs que je savoure encore. J'ai retrouvé ce plaisir de m'enliser le cerveau dans une histoire à ne plus avoir envie de refermer le livre. J'ai tellement dévoré de romans pendant mon adolescence, maintenant que la vue m'est rendue, grâce à un diagnostique venu tellement plus tard qu'il n'aurait fallu, j'ai recommencé à les dévorer aussi férocement et c'est encore plus satisfaisant et enivrant que ça ne l'était alors que je n'en avais pas été privée pendant tant d'années.

Tous ces beaux souvenirs, j'espère bien pouvoir les utiliser pour retrouver un côté zen, lorsque la folie de l'automne, du retour à l'école que je redoute depuis juin, aura pris le dessus sur mes réserves d'énergie, d'optimisme, de bonheur...

Septembre est à nos portes, déjà, mais cette fois, c'est à deux que l'on devrait affronter ce qui se présentera à nous. Fini l'Absence, pour le moment du moins.

Sur ce, je vous dis, je l'espère, à bientôt, car ces nombreuses lectures m'éloignent de mon monde virtuel, pardonnez cet amour que j'ai du papier, je ne crois pas que ça changera pour moi.

samedi 13 août 2011

Sur la route!

Depuis que les yeux de l'Homme ont repris du service, c'est la route qui nous occupe! La nouvelle bagnole fait du feu! Nous ne voyons pas trop l'intérieur de notre Cocon ces derniers temps, c'est plutôt notre très chère MissAvocate qui a pris le relais et vient tenir compagnie à MrSuky!

Demain, encore, nous remontons à bord de notre limousine et mettons le cap vers... Cape Cod!

Je souhaite à tous de merveilleux jours pour cette fin de vacances, et à nous, un peu moins de pluie que ce qui est prévu...

Sur ce, je vous dis déjà à bientôt, peut-être!

jeudi 4 août 2011

Le bonheur!

Celui de rester chez-soi, en famille, toute la famille! Il fait vraiment bon vaquer à ses occupations, se sachant tous sous un même toit, sachant qu'il n'y aura pas d'appel manqué, ou qu'on peut laisser sonner sans répondre si le coeur nous en dit, car l'Autre est là, son marteau à la main, prêt à entreprendre les projets de toute ampleur. Ne pas avoir à surveiller l'ordinateur et ses moindres sons. Ne pas faire de x sur le calendrier.

Nous avons repris notre petite vie de famille, tranquille, à notre façon, nous avons retrouvé le bonheur d'être au cocon, ensemble.

Ce qui ne nous empêchera pas de nous embarquer pour deux beaux voyages durant les prochaines semaines. Le premier nous amènera un peu plus à l'Est, avec de vieux amis et tous nos minis adorés. Quelques jours à s'élargir la famille, histoire d'avoir de belles vacances pour tout le monde, petits ou grands.

Le second nous transportera beaucoup plus au sud, alors que notre nouvelle Bagnole nous fera voir bien du pays. Nous irons courir les plages à la recherche de magnifiques coquillages, j'espère bien que la chasse sera bonne!

Les jours coulent plus doucement, enfin. Mais ne me parlez pas du mois prochain, il n'existera pas avant la fin de celui-ci!

Sur ce, je vous dis peut-être à demain!

lundi 1 août 2011

De courte durée

De courte durée, fut notre histoire d'amour avec la jolie Bagnole rouge. Il y a à peine plus d'un an, j'annonçais son achat, et j'étais confiante en notre capacité de nous adapter à une réalité plus serrée, surtout en m'accrochant à la réduction de la consommation d'essence.

À peine plus d'un an, fut ce qu'il nous fallu, pour arriver au bout de notre résolution. Rien ne respectait nos besoin, mis à part la consommation d'essence. L'espace trop restreint nous rendait fous, les petits bobos apparaissaient tranquillement, alors qu'elle était encore toute neuve. Le pire, c'était qu'elle ne répondrait jamais aux besoins qui viendront avec nos projets à moyen terme.

Avoir décidé de sortir des normes de la petite famille classique : 2 adultes, 2 enfants, nous nous sommes offert le plaisir de tellement de contraintes! En commençant par la Bagnole, qui doit loger tout ce petit monde, et sans les entasser, car nous y passons vraiment beaucoup de temps, voyageurs que nous sommes! Ensuite, il y a les problèmes de logement, logement voyage, aller à l'hôtel, avec 3 minis, ce n'est pas de tout repos, il faudrait bientôt commencer à penser à louer deux chambres, pour accommoder tout le monde, ce qui n'est pas vraiment dans notre budget! C'est sans parler de tous les forfaits familiaux dont on ne respecte pas les normes.

Ces petits problèmes de logistique, nous ont finalement conduit vers la décision qui devait venir, celle d'abdiquer et de vérifier si la possibilité de changer de Bagnole était envisageable. Après quelques visites, et la découverte DU véhicule qui répondait à tous nos besoins, sauf la consommation d'essence, c'est un tout nouveau bolide qui se retrouve garé dans l'allée du Cocon.

C'est donc avec cette nouvelle Bagnole, que nous pourrons d'ici quelque temps, traîner notre éventuel CoconMobile. Bonheur retrouvé sur la route, même pour MrSuky!

Sur ce, je vous dis peut-être à demain!

dimanche 24 juillet 2011

La noirceur...

La décision de l'Homme, de faire le saut vers l'abandon de ses lunettes, fut moins éclairé que l'on aurait cru. Il nous avait été présenté une situation assez difficile à subir, mais on semble l'avoir un peu mal évaluée... La douleur fut plus grande qu'il ne l'avait prévu, la durée de son encabanement s'étire et tout le monde a vraiment hâte au retrait de la lentille pansement, qui devrait avoir lieu demain.

Depuis jeudi, il vit reclus, dans la plus grande noirceur possible. Chacune des gouttes déposées sur ses pauvres yeux, le font souffrir. Plus les jours passent, plus un voile se forme sur ou sous la lentille, ce qui lui fait reperdre ce qu'il avait gagné tout de suite après l'opération qui semblait si simple.

On n'en est plus vraiment à regretter, mais je peux dire que je trouve le temps long et que j'ose à peine imaginer ce que ce peut être pour lui... Pour moi, c'est plate, pour lui.......

Sur ce, je vous dis peut-être à demain.

jeudi 21 juillet 2011

Un, deux, trois...

Le temps va trop vite, si je ne prends pas le temps de prendre le temps de venir écrire un peu, je m'apercevrai que l'automne sera à nos portes et je n'aurai rien écrit!

Pourtant, il s'en passe des choses, avec le grand Retour, il y a les tonnes de projets qui vont dans tous les sens. Projets de voyages, de rénos, décisions et révisions de décisions, projets à très long terme et à très court terme aussi. C'est ça la vie par ici!

Parmi ceux-ci, il y eut la décision de mon GéantVert, de faire le grand saut vers la fin du port de lunettes. C'est ce matin, qu'il a pris son courage à deux mains et qu'il s'est offert cette nouvelle liberté. Pour l'instant, il se sent plutôt prisonnier de ces yeux endoloris, mais d'ici quelques jours, ce devrait être un grand bonheur pour lui de laisser ses lunettes s'endormir pour toujours au fond d'un tiroir.

Il y a aussi ma redécouverte de la lecture, enfin, les minis sont assez grands pour que je puisse me plonger dans un beau gros livre et le dévorer à coup de plusieurs heures par jour. Il y a déjà près de 11 ans que j'avais dû mettre mes livres de côté. Faute de temps pour me laisser emporter, j'étirais les quelques lectures que je m'imposais, à en oublier le début de l'histoire. Des mois, voire des années, étaient nécessaires à terminer ces lectures qui n'étaient plus aussi agréables.

C'est une seule semaine dont j'aurai eu besoin pour terminer ce roman policier. Quel plaisir que de s'offrir du temps non productif. De vraies vacances!

Sur ce, je vous dis peut-être à demain.

dimanche 17 juillet 2011

Finalement, non...

Je ne suis pas venue laisser ma trace hier, la journée ayant été très bien remplie de ne pas avoir fait grand chose, mais hors du Cocon.

Le retour de l'Homme nous donne envie de profiter à fond des vacances, ce que nous avons fait en famille, en allant visiter Grand-Papa et Grand-Maman, là où ils s'étaient établis pour la fin de semaine.

La température était magnifique, alors que tout plein de nos amis s'entassaient dans une file interminable, pour pouvoir assister au spectacle de l'année sur les Plaines. De notre côté, nous nous la coulions douce, cherchant les coins d'ombre pour ne pas trop nous déshydrater!

Aujourd'hui, un beau début de journée aussi ensoleillé, que nous avons utilisé pour profiter de l'extérieur de notre Cocon et pour préparer la tente, en vue d'un éventuel voyage d'ici peu. Nous sommes si bien chez-nous, mais nous gardons aussi toujours autant de passion envers les voyages. Que c'en soit un long et lointain ou court et pas bien loin, c'est toujours aussi fantastique de planifier et de quitter notre nid douillet et aller découvrir ce qu'il y a ailleurs.

C'est le tonnerre qui retentit, alors que je prends du temps pour écrire, pourquoi pas en profiter pour prendre un bon café!

Sur ce, je vous dis peut-être à demain!

vendredi 15 juillet 2011

Les Fins

Les fins de séries télé, surtout celles dont j'avais été passionnée, me déçoivent toujours. J'ai rarement un autre sentiment que celui que la dernière a été escamotée, que les auteurs ont tout garoché pour terminer au bon moment, tout rentrer ce qui aurait pu prendre encore dix épisodes, en un seul. Je garde toujours un goût d'en savoir plus et n'ai jamais la satisfaction d'avoir une réponse à toutes mes questions, réponse que je trouverais parfaite... Je suis une cliente très difficile à satisfaire.

Voilà une bonne raison pourquoi je n'ai pas pris la peine de venir vous annoncer que je voulais terminer la série Absence. Après des mois à avoir la vie qui tourne autour de cette Absence et des problèmes scolaires du plus mini, j'étais étourdie et quelque peu échoeurée de ces sujets. J'avais l'impression de me répéter et simplement, je voulais passer à autre chose.

Les premiers jours, je retrouvais mon mari, puis le voyage au Royaume Merveilleux nous a coupé de toute technologie, à ma grande surprise, ce qui prolongea la durée de mon silence. Puis au retour, après son redépart, je n'avais vraiment pas envie de recommencer à parler de ce qui habitait cette vie qui est la nôtre.

J'avais envie de vacances, de reprendre mon souffle, de tourner la dernière page de cette aventure et de recommencer à neuf, après son retour.

Ce jour est arrivé, deux dodos déjà, que nous avons partagé le même lit. Deux dodos depuis que l'on a pu voir ma bette à la télévision, attendant, un peu à bout, l'arrivée de celui qui se faisait attendre. Je n'avais pas l'excitation de la fin, car je l'avais vécue à la fin mai, après six longs mois. Pour moi, la fin était déjà passée, j'avais presque refermé le livre, il ne me restait qu'à le retourner à la bibliothèque.

Ce moment est enfin arrivé, le livre est retourné à la bibliothèque ce matin, il nous reste tout plein de souvenirs, bons et terribles, lourds et pleins de fierté aussi. Demain, les vacances commencent vraiment pour toute notre famille, nous le méritons bien et je promets d'en profiter à fond.

Vous vous demandez probablement comment s'est passé notre merveilleux voyage de la fin mai. C'était tout à fait merveilleux, nous y retournerions sans hésiter. Les minis on vécu la magie, le plus mini étant de plus en plus celui chez qui on dénote une passion pour les voyages. Son cerveau passe son temps entre les vifs souvenirs de ce qu'il a vécu et les rêves de retrouver la magie encore, que ce soit à la plage de Cuba ou au zoo de  Toronto, dans les annonces de Marineland et les si nombreuses attractions d'Orlando. Le monde l'attend, il ne se cache même plus de vouloir le conquérir et j'en suis vraiment fière

Les princesses, les personnages qui ont bercé nos enfances et celle de nos minis, la qualité extraordinaire de tout ce qui existe là bas font les plus merveilleux souvenirs. Du départ au retour, ils prennent en charge toute logistique, ne nous reste qu'à savourer chacune des minutes qui remplissent ce séjour.

C'était bon, c'était beau, c'était fantastique!

Demain, une vie sans Absence reprendra sa place dans ce blog.

Sur ce, je vous dis probablement à demain!

mardi 24 mai 2011

En direct de l'aeroport

Alors que la radio joué une chanson que j'adore, j'entame la dernière droite avant ses bras.

Il y a tant de mois entre lui et moi... Malgré cette constante relation virtuelle, il n'en reste pas moins que la vraie vie, c'est maintenant.

Nous avons survécu a plus de six mois l'un sans l'autre... c'est maintenant que l'on testera la force de ce lien...

Sur ce, les papillons dans l'estomac, je vous dis  peut-être a demain...

Avant de m'endormir

Pour une dernière fois, sans lui, j'ai le coeur qui palpite, le cerveau en ébullition. Toute la journée, rien n'a été comme sur des roulettes, mais j'en ai conclus que c'était un signe me conseillant de lâcher prise. Rien ne peut être parfait, à quoi bon me rendre folle à essayer d'atteindre une perfection inatteignable et même pas désirée!

Plus qu'un dodo, qui risque d'être court, car le sommeil ne semble pas avoir envie de m'emporter ce soir. Trop d'idées en tête, trop l'impression d'avoir trop de choses à faire.

L'année scolaire des minis est pour ainsi dire terminée, il ne reste que 4 jours d'école avant notre départ, puis à notre retour, il ne restera plus qu'une semaine complète avant les vacances. Je crois bien que personne ne se plaindra de cette fin d'année particulière. 

Les minis sont toujours dans le noir total quant à la date réelle de l'arrivée de leur GéantVert. Ils s'attendent à une toute dernière journée seuls avec leur Reine de mère... Pourtant, elle est déjà passée cette dernière journée. Notre dernier souper sans lui n'aura pas été celui prévu, car j'avais oublié... Et que j'aurais vendu mon punch si je l'avais fait ce soir...

Demain, mes minis prendront la route de l'école le coeur bien en paix, passeront une journée bien ordinaire à faire ce qu'ils ont à faire. De mon côté, je patinerai férocement pour tout terminer et leur organiser une belle surprise à la fin de cette journée moins ordinaire qu'ils ne le croient.

Sur ce, je vous dis peut-être à demain, et tente de trouver le sommeil avant que demain ne soit vraiment là!

dimanche 22 mai 2011

Et ça y est!

Le coeur qui a envie de s'entortiller, qui m'empêche de trouver le sommeil. L'Homme a pris la route aérienne, un petit bout de chemin de fait, le plus risqué, celui qui m'assure à toute fin pratique, son retour en un seul morceau. Puis la fin du monde n'est pas arrivée... Quelle surprise!

Je ne sais plus comment organiser mes journées, beaucoup de choses à faire, mais du même coup, trop et trop peu de temps. Je sais qu'il y a des choses qui doivent attendre la toute fin avant d'être faites, je fais donc de la planification à moyen terme. À court terme, il me reste à gérer mes émotions, une chose à la fois.

J'ai remis le nez dans les papiers Voyage, que j'avais mis de côté, pour ne pas devenir folle, car tout était organisé et que passer plus de temps à ressasser toutes ces informations ne menait à rien d'autre. Je regarde, je fouille tous les sites que l'on m'a recommandé et l'approche évidente de ce jour magique prend le dessus sur le calme qui était maintenu depuis le début.

Dans une semaine, je ne serai qu'une boule d'émotions, sur le point de m'envoler... Pour vrai!

D'ici là, je retrouverai mon Homme, lui que j'ai regardé partir, les yeux noyés de larmes à l'idée des mois qui nous sépareraient de ce jour, celui qui arrive, enfin. J'ai la gorge qui se serre, de tant d'anticipations, le coeur qui bat un peu plus vite à chaque heure...

Deux dodos, c'est tout ce qui nous sépare... Deux dodos et deux vols, il ne reste que de l'attente et du ciel pour lui, pour moi, du ménage et de l'angoisse, du rêve et du stress.

Il arrive, plus que deux dodos, plus que deux jours à garder le secret... Car ils l'attendent dans 3...

Sur ce, avant que mon coeur n'explose, je vous dis peut-être à demain.

jeudi 19 mai 2011

Valises

Il y a déjà plus d'une semaine que les valises sont étalées sur un grand lit, transformé en base opérationnelle de préparation voyage. Bien que l'intention de commencer à les remplir, même si tout semblerait probablement plus près, plus vrai si nous commencions à nous préparer activement, je ne semble pas être capable de m'y mettre.

C'est encore bien loin, car l'Homme n'est pas encore revenu, il n'est même pas encore en route. Encore quelques jours, puis j'imagine qu'avec lui, une vague d'émotions incroyable déferlera sur notre Cocon et tous ses habitants. Les émotions, on finira bien par s'y connaître en émotions dans cette famille.

Les départs, les retours, l'ennuie, l'inquiétude, les surprises, les projets, les rêves, les grands jours, tout ce qui fait de notre vie ce qu'elle est, une vie bien remplie, même si c'est souvent par des émotions.

Profiter d'un long congé avant ce retour tant attendu, me semble comme une très bonne chose, nous aurons du temps pour préparer le Cocon, nous serons reposés et aurons tout plein de temps pour penser à notre GéantVert et à son retour.

Notre réalité, maintenant qu'elle se répète, se présente de manière différente. Nous savons tous un peu ce que l'avenir nous réserve. Nous savons et comprenons que les émotions se rattachant à ce retour ne sont pas si simple à digérer, qu'elles ne sont pas claires comme le jour et qu'elles sont souvent contradictoires. Nous savons que nous serons pris entre le grand bonheur d'être enfin arrivés au jour qui nous a aidé à tenir bon tout au long des 183 précédents et l'angoisse de ne pas trop savoir ce que ces retrouvailles éveilleront en fin de compte.

Sans oublier le malaise de six mois à se souvenir d'un visage, six mois sans s'être touchés, six mois à vivre dans deux mondes différents. Six mois à penser à ce jour qui arrive enfin, six mois d'attentes qui seront ou non justes.

Sur ce, plus que quelques jours d'attentes et je vous dis peut-être à demain... ou pas!

vendredi 13 mai 2011

C'est Vendredi!

J'ai le coeur qui s'emballe ce soir, une si belle semaine vient de se terminer pour le plus mini, lui que l'on aurait peut-être dû faire attendre un an de plus avant de commencer l'école, attendait-il d'avoir enfin «six ans et plus» pour devenir un GrandGarçon? Chaque jour, il est revenu avec un immense sourire dans son cahier, chaque jour, une victoire de plus, enfin.

Comme on le dit souvent, c'est lorsqu'on lâche prise que les choses se mettent en place d'elles-même. C'en est encore un bel exemple. J'aurai angoissé pendant des mois, et au moment où j'abdiquerai... Mais il est trop tard, tous ces mois perdus ne seront jamais rattrapés, un échec qui me frustrerait, si je n'avais d'autres chats à fouetter.

Je n'irai pas changer la façon de faire de l'école, je n'irai pas pleurer sur les mois d'enfer qu'ils m'ont fait traverser. Mon mini n'était pas prêt, ils n'ont pas été en mesure de l'aider à le devenir, il devra maintenant repartir à zéro... avec un peu d'avance sur les autres plutôt que beaucoup de retard. Je préfère le voir comme un avantage pour lui qu'un drame irréparable.

Mais... je garderai toujours un peu d'amertume face à ce que je considère comme de l'incompétence.

Mon plus mini n'a pas eu la vie facile, ce soir, je regardais un album de lui tout petit... trop petit. Je ne l'avais pas regardé depuis bien longtemps, je comprends pourquoi. Je l'ai refermé assez rapidement, car il est tellement plus beau à regarder maintenant. Les yeux d'une mère ne voient pas ces choses là, c'est impossible de voir que son mini est trop mini, cela ferait tellement mal. Je regarde ces photos six ans plus tard et je m'accroche à ce que je vois aujourd'hui pour pouvoir soutenir la vue de ce qu'il était.

Un jour, mon mini sera tellement grand et tellement fort, il dépassera sa Maman et lui demandera la permission d'engloutir 4 BMac... C'est à quelques mots près la chanson que je lui chantait, pour m'encourager moi-même, alors qu'il fallait se battre avec lui, pour lui faire avaler quelques cuillères de céréales...

Six ans ont passé, le combat n'est pas terminé, mais nous sommes à des années lumières des 2 premières années de sa vie.

Il n'y a pas qu'une Tomate dans cette famille, il n'y a pas non plus qu'une fantastique FleurDesChamps. Il y a aussi un Nounours, un Nounours qui a perdu son sourire et il faut le retrouver. Mon grand était toujours doux et souriant, positif et séducteur... Il est devenu timide, retiré, boudeur, frustré... Persécution crierait-il, s'il s'appelait Manolo. Mais c'est un Nounours au langage blessé et il faut que je retrouve la complicité que nous avons perdue.

Sur ce, je vous dis peut-être à demain.

mercredi 11 mai 2011

Deux réalités

Dans moins de deux semaines, deux réalités se rencontreront. Après plus de six mois à vivre chacun de notre côté de la planète, malgré toutes les conversations virtuelles ou téléphoniques, une vie partagée côte à côte est bien loin enfouie dans nos souvenirs. Il nous faudra nous retrouver, redécouvrir l'Autre, découvrir ce que ces six longs mois ont changé ou pas.

Une chose que je n'arrive pas à apprécier, cette période de retrouvailles, pas toujours aussi facile qu'on le voudrait. On rêve de magie, de confort, de repartir là où nous avions laissé... Mais est-ce réaliste? Par expérience, les départs sont tristes et les retours, souvent frustrants, pour tout le monde.

Cette fois, nous aurons bien peu de temps pour retrouver notre équilibre, car nous avons choisi de nous envoler vers le Royaume Enchanté pour la majeure partie de nos vacances. Il y aura certainement des grincements de dents, mais la magie de notre voyage devrait aider à apaiser les frustrations.

J'espère que l'expérience que nous avons acquise tous les deux lors des retours précédents nous aidera à traverser celui-ci plus facilement. Cette anticipation sera peut-être inutile, mais, je préfère toujours espérer le mieux, tout en étant préparée au pire.

Sur ce, je vous dis peut-être à demain.

lundi 9 mai 2011

Plus que Deux Semaines!

Je ne vois que le temps qui file ces temps-ci, ça sent de plus en plus la fin. J'avais appréhendé l'arrivée du printemps sans mon Homme à mes côtés pour reprendre possession de notre domaine extérieur. Cela s'explique facilement par la rareté des printemps sans lui et à ma très forte tendance à l'hibernation lorsqu'il n'est pas là. Étrangement, la nature m'aura donné ce que je voulais, il semble que le printemps ne s'installera pas vraiment avant l'arrivée de l'Homme!

La Flaque ne verra même pas la lumière du jour, tant qu'il ne viendra pas s'en occuper lui-même, car il dit être le seul à tenir la clef pour la préparer. La température fait en sorte que cela ne me dérange pas du tout. Même s'il faisait un temps fantastique, je n'aurais probablement pas le temps de faire saucette, car... Le temps file!!

Tant de choses à faire, de préparations à préparer, de rendez-vous où me rendre et de stress à gérer! Je n'arrive pas à croire que l'on y est en fin arrivés. Sans oublier, que ce retour tant attendu, vient avec un départ presqu'aussi attendu et précède à peine une fin d'année scolaire qui ne saurait venir assez vite à mon goût.

Demain, c'est la Bagnole qui ira se faire pomponner pour être de toute beauté, lorsqu'elle ira chercher son GéantVert, la chanceuse! Moi aussi, j'aimerais bien aller me faire bichonner avant son retour!

Sur ce, je retourne à mon manque de temps et je tenterai de revenir bientôt, vous raconter tout ce que j'oublie de raconter, pour cause de manque de temps et de fatigue cérébrale!

jeudi 5 mai 2011

Voter, Vieillir et Voilà!

Comme je le croyais, les derniers temps avant le Retour de mon GéantVert passent à la vitesse de l'éclaire. Je suis enfouie jusqu'au cou dans les nombreuses tâches de préparation, la fête de LaTomate et la mienne, les rendez-vous à gauche et à droite, les soumissions en prévisions des prochaines rénos du ChâteauLego, sans oublier d'aller exercer mon droit de vote et défaire l'éducation politique biaisée qui a été imposée sur les petites têtes de mes minis à l'école...

Oui, j'ai des convictions, oui, je les affiche devant qui je le veux bien, pas ici, pas partout. Je m'implique, je m'intéresse, j'adore me retrouver entourer de gens qui pensent comment moi, refaire le monde et l'expliquer à mes enfants, qui ont la chance formidable de grandir entourés de cerveaux allumés. Un problème que je n'avais pas vu venir, que je n'avais pas imaginé possible avant leur arrivée au secondaire, m'est pourtant arrivé en plein visage à mon levé en ce jour de ma fête, lendemain d'élections fédérales pour le moins assommantes.

Moi qui me réveillais plus vieille, je devais faire face à la teinture de la carte qui me donnait mal au coeur, mais en plus, découvrir que l'on tentait insolemment d'influencer les idées de mes minis. Je me retrouve avec un dialogue étrange sur les bras, faire comprendre à mes minis à moi, que non, leurs papa, leur maman et les nombreux amis les entourant ne sont pas du clan des méchants.

Sortez moi de ce cauchemar où je dois expliquer pourquoi le CH ne peut être acclamé dans MonCocon et pourquoi avoir envie de plus ne tient pas de l'hypocrisie et que des faits sont des faits, des promesses des promesses et des fabulations, des fabulations!

Le retour de l'Homme viendra très bientôt remettre de l'ordre dans l'équilibre de tout ce petit monde, les vacances approchent et on reprendra la place qui nous revient dans cette éducation qui nous échappera si on ne fait pas attention!

Sur ce, je vous dis peut-être à demain!

dimanche 1 mai 2011

Dernière Page!

C'est ce matin, que l'on tournait la dernière page du calendrier qui marque le décompte du retour de notre GéantVert. Moins d'un mois avant son retour, moins d'un mois avant nos merveilleuses vacances, on ne peut presque pas y croire.

Les prochaines semaines, je les vois déjà s'évaporer, je vois son retour approcher à grande vitesse, enfin, nous avons traversé ce désert qui semblait interminable. L'oasis où nous nous retrouverons temporairement, en famille, on peut enfin le voir.

Je ne regrette pas d'avoir fait aller mes crayons sur cette page de calendrier,car, mon coeur s'emballe chaque fois que mes yeux se posent dessus. Il ne représente pas tant ce que nous avons traversé, mais surtout ce qui nous attend et c'est un grand bonheur qui se trouve sur les dernières cases de cette page.

Trois minis qui retrouveront leur Papa, après un peu plus de six mois, trois attitudes différentes, trois façons de retrouver l'équilibre. Cette Absence aura été l'occasion de voir ces différences entre eux, une même famille, une même réalité, mais trois petits coeurs bien uniques.

D'ici ce retour tant attendu, il y aura des fêtes, des préparations, de l'anticipation, de nombreux rêves, des valises à préparer, tout cela en tentant de garder les pieds sur terre. Il sera difficile de ne pas trop se laisser flotter sur ce nuage de bonheur!

Sur ce, je vous dis «Peut-être» à demain!

mercredi 27 avril 2011

Le client a toujours raison??

Avec certains de nos derniers achats, j'ai décidé de mettre le pied à terre lorsqu'un problème se présentait. Moi qui ne suis pas du genre à me plaindre pour rien, je commence à trouver que certains services après vente sont absolument pathétiques!

Cette fois, c'est la suite de la Saga de TheFrigo qui me fait grogner et même monter ma pression! Après des complications désagréables lors de la livraison, après avoir eu des problèmes de morceaux manquants en raison de la nécessité de démonter TheFrigo avant la livraison, après trois tentatives de régler un problème de facturation erronée... Rien n'est réglé, même si on m'a assuré par deux fois que tout était RÉGLÉ.

Téléphones à un service à la clientèle, situé on ne sait où, mais on s'en doute pour cause d'accent désagréablement incompréhensible. Partie de ping pong entre le magasin et la compagnie de crédit tout ce qu'il faut pour rendre la cliente que je suis très insatisfaite et assurer que je ne retournerai pas dans ce magasin une fois le compte payé.

Nous en sommes déjà à 3 magasins qui ne nous reverront pas comme clients. Trois endroits qui ne recevront plus notre argent. Je peux avoir la mémoire longue, très longue parfois!

D'un autre côté, il y a certains commerces qui méritent le respect et qui s'arrangent merveilleusement pour nous donner envie de retourner. C'est le cas de notre nouveau concessionnaire automobile. Nous n'avons pas choisi de rester là où nous avions fait l'achat, car le service était lent et désagréable. Le nouveau est tellement merveilleux, aucune possibilité de me perdre comme cliente pour eux!

Sur ce, je vous dis peut-être à demain.

lundi 25 avril 2011

Trop vite!!

Oui, j'ai survécu, mais le temps passe décidément trop vite en ce moment! Ce qui est bien, c'est que l'angoisse de ne pas voir plus loin que le jour tant attendu du retour de mon GéantVert, est bien terminée. Maintenant que mon amie LaFemmeChat est de retour de son escapade nautique, belle croisière de rêve dans les Caraïbes, qu'elle m'a tout raconté ou presque, que le soleil promet un peu de reprendre sa place printanière, l'heure du décompte voyage est arrivée!

Me voilà, toute énervée, le coeur qui s'emballe, quand je visite le site du RoyaumeEnchanté et que je pense à ce qui nous attend. Le fait de partir avec deux enfants dans l'âme a aussi un certain attrait particulier! LaFemmeChat et mon GéantVert, ensemble, dans un monde si fantastique, ils seront sans aucun doute, contagieux de joie et de rires!

Mon printemps est arrivé, mon Homme s'en vient dans un mois, nous partons à l'aventure là où nous avons toujours rêvé d'aller, en famille, avec notre amie la presque plus folle que de bons moments nous attendent!

D'ici là, la fête du plus mini, organisée par ma merveilleuse FleurDesChamps, la mienne célébrée entre filles au Cocon, simplement, mais fantastiquement! Juste du beau, juste du bonheur, ça y est, l'Absence tire à sa fin et cette certitude est bien encrée dans mon coeur de plus en plus fébrile!

Sur ce, je promets de tenter d'être plus présente, maintenant que le coeur est de retour à sa place et vous dis peut-être à demain!

mercredi 20 avril 2011

Et elle survécu!

Microbe pratiquement anéanti, enfin, la routine reprend son cour et on élimine les dodos un à un, avant le retour de notre GéantVert. Je croyais pouvoir dire que le printemps était enfin bien installé, mais alors que je devais faire changer les bottines de la Bagnole cet après-midi, c'est une tempête qui nous est annoncée. Il fait froid, il vente, mais toujours pas de signe de flocons... Mais malgré la température étrange de ce mois d'avril, c'est le bonheur de retrouver le confort dans mon corps et celui de voir le nombre de dodos fondre tranquillement, mais sûrement qui prennent le dessus, je suis heureuse aujourd'hui.

L'Absence de mon Homme a bien des répercutions, je suis forcée de constater, qu'après toutes ces années ensemble, même si je n'ai pas «besoin» de lui pour vivre, nos deux vies se complètent et sont tellement plus belles lorsque l'on est ensemble. Loin d'être toujours sur la même longueur d'onde, nous avons des forces tellement complémentaires, que le plus banal des projet, sans lui, perd beaucoup de son sens et peut sembler fait d'obstacles insurmontables.

Heureusement, le fait d'avoir fabriqué des minis avec lui, devient un avantage de plus en plus évident. Moi qui désespérait à l'idée de devoir organiser une petite fête pour le plus mini, sans la présence de son papa, le héros de toute fête, j'étais sur le point de ne rien faire du tout, lorsque j'ai eu la plus brillante idée, demander l'opinion de la plus belle FleurDesChamps. Trésor d'imagination et petit moteur à organisation, elle est à elle seule, l'équipe que ses parents forment habituellement.

Aussitôt l'occasion mentionnée, elle s'est lancée dans l'organisation la plus géniale, ce qui était pour moi une date terrifiante et triste, devient un plaisir à voir venir. Les démarches sont entreprises et les idées volent de partout. Je risque même de m'organiser une petite fête pour moi à travers tout ça, car avec une équipière merveilleuse comme elle, j'en aurai facilement le temps.

Ais-je déjà dit que j'adore être JusteUneMaman avec des minis comme ceux là? Les voir grandir est un tel plaisir et un tel privilège, parfois, j'en suis tout simplement abasourdie!

N'empêche que j'ai vraiment hâte au retour final de mon GéantVert, que la vie reprenne enfin son cour normal et que l'équipe soit enfin complète pour tous nos projets, petits comme grands!

Bon, voilà la tempête... Est-ce que les écoles vont fermer???

*Merci à Éléonore, mon problème de paragraphes délinquants semble réglé grâce à son conseil!
Sur ce, je vous dis peut-être à demain!

samedi 16 avril 2011

Bilan de ma semaine de Bouette

Comme je le croyais, cette semaine fut toute faite de Trop. Trop de rendez-vous, trop de route, trop de trafic, trop peu de temps à la maison, trop de fatigue et pour finir, trop gros attaque de microbe qui se loge dans mes amygdales et termine ma semaine en queue de poisson.

Une maman, ça devrait toujours être à l'épreuve des microbes! Il n'y a pas moyen de remettre à après le retour de la santé pour faire les repas, le lavage, l'épicerie et un minimum de ménage. Mais plus on en fait un minimum, plus le reste s'accumule et c'est pénible à voir s'entasser, surtout pendant qu'on est malade.

Malgré les microbes et le trop de tout, le temps passe et on se rapproche de ce que l'on attend avec toute la patience dont on peut savoir faire preuve. Après le retour des meubles extérieurs, le départ du garage de toile, la disparition progressive de la neige devenue trop sale pour être plaisante, on peut maintenant rêver au jour ou le soleil reprendra sa place et nous permettra de profiter de la presque nature. Puis, après le passage du Lapin de Pâques, il ne nous restera plus qu'une date à attendre, celle du Retour de GéantVert.

Peut-être aussi, devrais-je attendre son arrivée pour enfin sentir le plaisir de l'anticipation de notre départ pour le RoyaumeEnchanté. Car pour l'instant, je ne vois pas plus loin sur mon calendrier, que ce jour de la fin mai, ou enfin, il dormira près de moi. J'ai un peu de mal avec cette sensation de vide, comme si malgré les billets imprimés, malgré les repas déjà réservés, rien ne serait assez tangible, tant qu'il ne sera pas là.

C'est tout un choc qui risque de me frapper, lorsque je réaliserai finalement tout ce qui nous attend. J'ai hâte que ça commence, le décompte est commencé, d'ici un peu plus d'une semaine, il ne restera plus qu'un mois de cette attente, puis 18 jours de folie intense et enfin, la grande finale, le départ, pour revenir, enfin, pour de bon.

Sur ce, je vous dis peut-être à demain, si les microbes ne prennent pas le dessus ;)

lundi 11 avril 2011

Semaine de Bouette

En ce lundi matin grisounet, tout ce qui plane dans mon esprit, c'est tout ce qui est décourageant en ce moment au Cocon. Je ne dirai jamais assez combien cette année est longue et pénible pour que l'on puisse comprendre ce dont je parle.
J'ai de plus en plus hâte de rayer la dernière journée du calendrier scolaire... Me retrouver seule avec mes minis pour quelques semaines, ce sera un tel soulagement.
J'en suis a presque détester des gens en qui j'avais confiance. Je réalise qu'ils semblaient bien merveilleux, uniquement parce que je n'avais rien a leur demander. Maintenant que les choses se corsent, le support ressemble de plus en plus a des bâtons dans les roues. Et croyez moi que des bâtons je m'en passerais, c'est bien assez difficile comme ça!
Ce matin, je ne sais pas trop ou se cache mon sourire...peut être avec ma patience...peut-être avec tous les efforts inutiles que j'ai fait...
Je n'aime pas être comme ça, je vais fermer mon cellulaire, avec lequel je profite de l'attente pendant que Nounours est a sa thérapie, et fermer les yeux, écouter de la musique, boire mon café et espérer retrouver l'énergie et le sourire.
Sur ce je vous dis peut-etre a demain!

jeudi 7 avril 2011

Pour l'amour...

Ps: J'ignore totalement pourquoi toutes mes mise en page se démolissent aussitôt que je publie mes messages... totalement désagréable!! Veuillez pardonner, j'essaie de trouver d'où vient le problème! De mon GéantVert, je surmonte le défi de garder les yeux ouverts et surtout, d'enclencher les rouages de mon cerveau, histoire de le tenir informé un minimum. J'attends son arrivée dans notre monde virtuelle, les yeux bien pesants ce soir. La journée de sortie avec les grands s'est très bien passée, rien à signaler qu'une légère tendance à avoir les paupières lourdes un peu plus tôt qu'à mon habitude. J'ai déjà vu un groupe de minis plus bruyant et déplaisant que celui que j'ai accompagné aujourd'hui. Pratiquement aucun mot à dire à personne, que des félicitations pour l'attitude générale. TiteTante s'occupait de notre Tomate pendant ce temps, du même coup, elle était de garde pour attendre la livraison tant attendue du cadeau que s'est offert notre GéantVert. Malheureusement, elle est restée cloîtrée au Cocon pour absolument rien, le colis est arrivé bien longtemps après moi. Elle a profité de sa journée seule avec le PlusMini, pour le mettre quelque peu à l'épreuve. Il a su nous surprendre et relever le défi haut la main! Une bonne nouvelle et nous continuerons à travailler là dessus pour les prochaines semaines. Plus il sera capable de se donner, plus on risque de s'en sortir avec ce jeune Mr. Le cadeau de l'Homme étant livré, il ne lui restera qu'à me donner toutes ses ordres pour le mettre en état de fonctionner, il n'attend plus que son appel. Comme ce ne sera pas ce soir et que je dois me lever demain matin, je cesse d'attendre son arrivée et vais plutôt aller rêver de lui un peu. Sur ce, je vous dis à demain.

mercredi 6 avril 2011

Toute une journée!

Ce mercredi fut très mouvementé, pas le plus agréable à vivre, mais tellement représentatif de ce que je vis cette année. La course toute la journée, d'un rendez-vous à un autre, conversations de cadre de porte, inquiétude pour mon mini, ménage, lavage, cuisine, cuisine, cuisine, amies, vino et LeDivan pendant presque deux heures. Rencontre virtuelle trop brève avec mon GéantVert, car je dois me coucher plus tôt, stress face à la journée de demain... Une belle aventure m'attend justement demain, sortie avec l'école, seulement les grands, congé pour le mini, toute la journée à l'extérieur avec un troupeau de minis qui aiment tant faire sauter les décibels en autobus... Quel beau menu j'ai là! Sur ce, je vous dis à demain!

mardi 5 avril 2011

Les Hommes

Il y a les hommes autour de moi, ceux que je ne connais pas beaucoup, ceux qui sont mes amis, il y a l'Homme qui est le mien, celui qui est trop loin, mais il y a aussi les deux miniHommes en devenir, qui sont avec moi, tous les jours et que j'aime tellement. Dans ce monde d'hommes où j'étais aujourd'hui avec ma MissAvocate, il y avait mon ami, mais il manquait le plus important. Au coeur de toutes ces conversations, je cherchais son commentaire. À travers la foule, je cherchais sa silhouette et dans mes réflexions, je cherchais son oreille. Pendant les mots qui m'ont le plus touchés, je pensais encore à lui, et lorsqu'en rentrant chez moi, j'ai retrouvé les deux autres petits hommes de ma vie et qu'avant de dormir, pour la toute première fois, le plus grand s'est effondré en pleurs, parce que notre Homme lui manque trop... parce qu'il veut l'avoir, ici, maintenant... Je l'ai rassuré, comme je me rassure, en comptant les dodos, en pensant très fort à ce jour qui arrivera bientôt. Je lui ai dit que ça ira bien vite maintenant, j'y crois, car la vie va tellement vite. Un petit appel juste pour lui aiderait peut-être, son petit coeur endolori. Sur ce, je vous dis à demain.

lundi 4 avril 2011

À la demande...

De mon GéantVert, je me dois de faire un retour à la danse du clavier quotidienne. Il lui manque un petit quelque chose que seul ma présence ici peut combler, alors comblons!

Retrouver l'inspiration, retrouver l'impression qu'il y a quelque chose à raconter de cette vie qui s'écoule sans rien de fantastique, je devrais bien y arriver! Un jour à la fois, commençons donc par aujourd'hui.

C'était jour de gâterie, car MissAvocate et LaReineChocolat, allaient se faire dorloter, grâce à de généreux cadeaux qu'elles avaient reçu. Après avoir bien savouré pour l'une, et bien grelotté pour l'autre, elles firent un petit détour, pour aller saluer leur ami MrB, qui a retrouvé son terrain de jeu favori.

De fil en aiguille, simplement parce que malgré les promesses de ne plus retourner à ses vieilles habitudes, le plaisir de se retrouver dans ses vieilles pantoufles, ou même un dérivé de ses vieilles pantoufles, est plus fort que le souvenir amer de la dernière fois. Par amitié ou pour la cause, retour il y aura.

Une chose est certaine, s'il manquait d'hommes dans ma vie dernièrement, j'en aurai plus que nécessaire dans mon entourage pour le prochain mois. Rien ne remplacerait l'Homme de ma vie, mais il n'y a rien comme un bon divertissement cérébral entre amis.

De plus, l'horaire de mes rencontres virtuelles avec mon GéantVert étant de retour à sa case nocturne, ce qui me donne une toute nouvelle plage horaire libre pour faire rouler la routine et activer mes neurones et peut-être trouver l'inspiration quotidienne qui me manquait dernièrement.

Sur ce, je me dois de vous dire... à demain!

dimanche 3 avril 2011

Plus forte que moi!

J'écris aujourd'hui, pour une raison différente à mon habitude. Je n'écris pas pour tenir à jour l'Homme de ma vie, ni pour divertir quelques lecteurs, ni même pour le plaisir d'écrire, tout simplement. J'écris parce que je veux toucher quelqu'un, quelques petites personnes, qui, sur le chemin de leur jeune vie, ont cru bon profiter d'une date à l'étiquette humoristique, pour s'amuser à tenter de briser le coeur de Ma fille.

Ils ont profité de sa gentillesse, de sa douceur, de l'étincelle dans ses yeux, pour tenter d'éteindre cette flamme de bonheur qu'elle dégage. Ses amis, ceux sur qui elle devrait pouvoir compter, ceux en qui elle croyait pouvoir avoir confiance, se sont mis de la partie, pour faire d'elle, une belle risée.

Un secret entre filles, trahi, un support amical, volé, et un complot pour la blesser, qui n'atteint pas son but ultime, parce qu'elle est Ma fille. Triste et boulversée, elle l'a été, mais la flamme est toujours là, ma FleurDesChamps, n'est pas une petite fleur fragile, elle a la tige bien forte, enracinée profondément dans l'amour. Pas cet amour naïf de petite fille, sur lequel ils ont voulu jouer, mais cet amour d'une mère envers l'amour de sa vie, l'amour d'une famille entière, d'amis innombrables, qui sont toujours là, à lui rappeler sa valeur.

Parce qu'elle n'est pas ordinaire Ma FleurDesChamps, elle a un petit quelque chose de magique, d'important, d'irréductible. Elle sait aider, elle sait comprendre, elle sait aimer et se tenir debout, même avec les joues pleines de larmes. Elle est le plus bel amour qu'un garçon aurait pu rencontrer. Mais, elle le sait, ce n'est pas pour maintenant, car elle est beaucoup trop précieuse, beaucoup trop merveilleuse, pour gaspiller et user son coeur, à le donner à quelqu'un qui ne le mérite pas et n'en apprécierait certainement pas la valeur.

Un jour, elle sera la Femme de la vie d'un véritable PrinceCharmant, car elle est une Princesse, digne de ce nom. Elle ne sait pas faire mal, elle ne saura pas se venger, elle ne sait qu'aimer, sourire et répandre le bonheur autour d'elle.

Il est toujours plus facile de cibler les petites filles gentilles, j'en sais quelque chose, car un jour, j'ai été cette petite fille. Je connais le résultat qui aurait pu découler de ce triste évènement. Mais elle est plus forte que moi, et elle sera celle qui rira la dernière!

Je ne l'encouragerai pas à riposter, car je sais qu'elle n'en a pas vraiment besoin. Elle n'a pas à se battre pour le respect et l'amour, car elle sait qu'elle en est déjà entourée. Elle sait qui compte vraiment pour elle et pour qui elle compte tout autant.

Elle ne méritait pas ce qu'ils ont fait, elle avait la force de le vivre, maintenant, c'est leur problème de vivre avec les conséquences, la conscience fera son travail, l'école une autre partie, j'ai fait la mienne, Ma fille sait ce qu'elle vaut, ceux qui l'ignorent... C'est leur problème.

Sur ce, je vous dis peut-être à demain!

mercredi 30 mars 2011

Ménage de printemps!

Ce n'est pas une chose qui m'arrive souvent, l'appel du grand ménage du printemps. Mais après avoir passé tout un hiver en hibernation, sans l'Homme qui s'affaire à construire, démolir et reconstruire le ChâteauLego, le besoin de dépoussiérer, d'aérer, de rendre vie au cocon. Il y a aussi l'effet printanier sur le Canin, il n'y a pas que la terre qui se débarrasse de son manteau blanc, le Canin fait de même. Si l'on aime porter une partie de son quadrupède avec soi, pas de problème, si l'on aime assaisonner ses plats avec un peu du même ingrédient, ça va aussi, mais comme cela ne fait pas exactement partie de mes préférences, il fallu prendre les grands moyens pour l'aider à se débarrasser de cet apparat hivernal. C'est donc directement branché sur l'aspirateur qu'il s'est fait brosser intensément la crinière, pendant une belle grosse demi heure. Il ne reste qu'à espérer que ce traitement choc sera suffisant.


Il me fallait bien me remettre sur mes pieds et foncer dans les deux derniers mois de cette Absence qui m'a vraiment affectée dernièrement. Avec tout ce que j'ai à faire d'ici le grand jour du Retour de mon Homme, je ne devrais pas avoir trop de temps pour pleurer sur le nombre de jours sans lui.


Notre TomateAtomique est de retour à un horaire à temps plein à l'école, une nouvelle Miss remplace la première et un dernier plan d'intervention sera planifié sous peu. Encore d'autres signes de l'arrivée du printemps. On parle même de possibilité de camp d'été, ce qui ne peut sentir plus la fin d'année scolaire!


Le Nounours a reçu ses nouveaux yeux, il les a tant attendu, maintenant, il doit s'habituer à l'effet de ces nouveaux outils, tout comme sa mère avec les siens, qui ne trouve pas la chose bien évidente. J'ai un peu de difficulté à m'adapter aux déplacements et aux actions avec cet appareil presque nuisible.


La FleurDesChamps, quant à elle, a vécu sa première erreur culinaire. Faire une recette plusieurs fois, peut donner un surplus de confiance en soi, ce qui devait donc arriver, arriva. Elle qui s'attardait toujours à calculer, lire, mesurer, s'est trompée, par inattention, et a tout simplement doublé la quantité de beurre dans ses biscuits. Par chance, sa Reine de mère s'est aperçu de la petite erreur et nous avons donc eu droit à une double quantité des bons biscuits de la FleurDesChamps.


Sur ce, je vous dis peut-être à demain.

dimanche 27 mars 2011

L'hibernation tire à sa fin...

Alors que le début de ma saison favorite arrive, je suis habituellement débordante de joie, à trouver partout un petit plaisir à admirer. Cette année, je ne suis pas plus pressée que DameNature de voir les bancs de neige tout gris disparaître. Un côté de moi aurait envie de se réjouir lorsque le soleil s'applique à faire son travail et fait fondre ces souvenirs de l'hiver qui est derrière nous, d'un autre côté, la Femme de son Homme, est bien heureuse de voir le froid s'attarder encore un peu.

Le mois de mars a souvent été synonyme de retrouvailles pour nous, cette fois, il ne marque que la fin de l'hiver. C'est probablement ce qui me rend si nostalgique, qui humidifie mes yeux à la moindre pensée de ce qui ne sera pas. Lors de la première Absence, j'avais voulu retarder les Fêtes de deux semaines, ce que j'avais fait, célébrant, avec le retour de mon GéantVert, Noël et la nouvelle année, un 12 janvier. Cette fois, ce serait Pâques, ma fête, celle de LaTomate et celle de Grand-Maman, que je reporterais bien d'un mois.

La vie s'écoule tout de même paisiblement au Cocon, il n'y a rien de dramatique à signaler, mis à part l'attente des nouveaux yeux de Nounours. Il a tellement hâte de les recevoir, qu'il en parle chaque jour, désespéré de ne pas les avoir eu plus tôt.

J'imagine que les choses vont commencer à accélérer un peu, avec la véritable arrivée du doux temps. Le décompte sera aussi bientôt une partie incontournable de chaque jour et pour quelque temps, il y aura l'Homme à mes côtés. Puis ensuite, tout ira si vite, qu'il sera de retour avant que l'on ait pu se remettre de son redépart!

Sur ce, je vous dis peut-être à demain!

samedi 26 mars 2011

Aller-Retour

Une minie, deux minis, trois minis parti, une maman sans minis, deux amies, de la musique, et c'est parti! Pour un aller-retour à la recherche du parfait petit lit, beau, bon, pas cher, destination, le magasin suédois favori de ces dames.

Un besoin, une possibilité et voilà que la journée au départ prévue bien tranquille, se retrouve bien spéciale. Ce fut une belle aventure, pleine de rires et une mission bien accomplie. Tout ce qui manquait à l'aventure, la présence de l'Homme, ce GéantVert qui fait habituellement partie de toutes ces escapades vers l'Ouest.

Tout aussi plaisante que fut cette journée, ce n'est pas pareil... Surtout que les retournements tardifs, rendirent la chose secrète, car il était impossible d'en avertir celui qui n'y était pas.

La prochaine fois, chéri, on y va avec toi!

Sur ce, je vous dis peut-être à demain!

mercredi 23 mars 2011

Il fait noir!

Dans ma salle de bain, deux ampoules se sont éteintes, c'est la moitié de la salle de bain qui est dans l'ombre, et depuis déjà quelque temps. Deux mois nous séparent encore du retour de la lumière. Chaque fois que je tente d'allumer, la noirceur garde sa place, me rappelant qu'il n'est pas là et qu'il nous reste encore bien long à patienter avant qu'il ramène avec lui la lumière.

Cette Absence est si longue, que le souvenir du départ et des jours le précédant sont presque effacés de ma mémoire. Une image décrite par une autre Conjointe ma replongée dans cette dernière étreinte, où on ne voulait plus se laisser, où on ne pouvait pas croire qu'on était vraiment rendu au moment de se séparer, pour si longtemps qu'il était difficile de le comprendre.

Je repense à notre voyage, il y a exactement un an, moi qui après cinq jours, serais rentrée chez-moi, alors que j'avais toute ma famille à mes côtés... Je ne peux que ressentir de la peine et un certain découragement, face à cette interminable Absence, qui plonge mon GéantVert dans une solitude et un manque de tout ce qui compose notre Cocon.

Je ne peux rien faire de plus qu'attendre, cette impuissance est aussi ce qui rend ces moments si sombres. Neuf semaines, avant le retour de la lumière et du soleil sur nos vies, il faut garder les yeux sur l'objectif, on avance, un jour à la fois.

Sur ce, je vous dis peut-être à demain.

samedi 19 mars 2011

Tant que ça se termine bien!

La journée de mercredi peut avoir été bien désagréable, mais tant que l'on survit et qu'une autre journée vienne terminer la semaine en beauté, tout est bien qui fini bien.

Le contraste entre mercredi et vendredi est radical, les bonnes nouvelles pleuvaient vendredi. Peut-être que débuter la journée avec un massage et une autre série de craquage de cou, ça replace les choses par magie.

Le plus beau des belles nouvelles, va sans contredit à MrNounours, après une période très difficile à l'école, il vient de faire un bond vers la réussite! Lui qui traînait de la patte, sur différents niveaux, il vient de se remettre sur ses pattes, comme ça, sans aucune autre raison qu'il y est enfin arrivé. Rien de spécial, aucune tentative de plus, il ne me reste qu'à souhaiter que ce bond sera un élan suffisant pour qu'il continue sur cette lancée jusqu'au bout.

Le plus mini de son côté, a passé une superbe semaine et a mérité la chance d'aller voir le film qu'il attendait impatiemment...R ango. J'en suis revenue un peu déçue, je m'attendais à plus de rires, moins de profondeur et de sérieux.

La fin de semaine sera courte, après avoir eu tant de congés, revenir à un horaire normal ne sera pas si facile.

Le retour de notre GéantVert se rapproche, tranquillement. Un peu plus de deux mois encore avant de le retrouver pour de petites vacances tellement méritées! Elles seront plus magique encore par la destination choisie, je commence vraiment à avoir hâte! J'imagine la folie des derniers jours avant notre départ et j'ai le coeur qui s'emballe!

Sur ce, je vais plutôt profiter du moment présent, terminer mon café et débuter cette journée! Je vous dis donc peut-être à demain!

mercredi 16 mars 2011

Déjà Mercredi!

Encore une semaine qui aura filé sans que je la voie, ou qui m'aura étourdie assez pour que je crois que je ne la vois pas... Bref, si je ne sais pas trop où sont passés lundi et mardi, je sais très bien où est mercredi.

Mercredi, c'est cette journée où j'ai ragé, où j'ai rugit, où j'ai eu le cerveau sur le radar à en être presque dangereuse, pour mon horaire du moins. C'est cette journée où j'avais beau vouloir prendre de l'avance, je suis arrivée à la limite du retard, presque partout. C'est ce mercredi que j'ai découvert des choses de la vie, comme bien souvent en fait.

J'ai appris que ce ne sont pas que les vieux qui ont des foyers dans leurs lunettes, les nounours aussi, parfois. J'ai appris qu'il ne faut pas qu'écouter son corps, il faut aussi le surveiller et faire un peu la police avec lui, car dans sa grande générosité, il peut nous causer des problèmes.

En ce mercredi, j'ai eu trop peu de temps, un bon moment de frustration, un défoulement, une bonne accompagnatrice, deux même, un beau canin, tout cornichon qu'il soit, des enfants adorables, même si parfois détestables.

J'ai eu mal, j'ai eu peur de me faire casser le cou, mais ça, c'est à cause des films.

J'ai encore mal, et j'irai dormir, sans rêver qu'on vient tenter de me briser le cou, car on ne vit pas dans un film et qu'il faut faire confiance à ceux qui méritent qu'on leur fasse confiance!

J'irai dormir, parce qu'il manque d'heures dans ma journée, mais demain, je ferai du Cocon, je lirai, je jaserai avec Mon Homme, j'attendrai le retour de mes minis et j'essaierai d'avoir un peu moins mal!

Sur ce, je vous dis peut-être à demain, si je réussis à l'attraper!

dimanche 13 mars 2011

Bilan Photo de nos meilleurs moments de la Relâche 2011

On a bricolé!

On a eu de la neige!!

On a fait des bombes pour le bain!


On a fait des Mandalas!





On a fait un projet t-shirt








J'ai fait un succulent confit d'oignons



Dont on s'est régalé!

La FleurDesChamps a fait : Des Biscuits

Du Pouding

J'ai fait des Mini pains aux bananes,

Et pour finir en beauté, des merveilleuses Gaufres Maison!
Une belle semaine!

samedi 12 mars 2011

Je relâche, ils relâchent, nous relâchons!

Relâchez-vous? Ce n'est évidement pas tout le monde qui a la chance de pouvoir profiter de cette semaine de décrochage total, même ici, ce ne serait probablement pas aussi relâché, si l'Homme était avec nous. Il a toujours tellement de projets à accomplir lors de ses congés, qu'il est rare que l'on puisse prendre le temps de prendre le temps de respirer et de s'écouter le faire. Cette année, je profite donc de son absence pour faire du Cocon, à fond.

Il ne nous reste que deux jours, pour reprendre un horaire de dodo, savourer le bilan de la semaine, faite de cuisine, de bricolages, de jeux, de jasette, où l'on a usé nos pyjamas, et avons fait tellement moins de salon que je ne l'aurais cru. Il faut croire que c'est l'endroit où on se réfugie, lorsque l'on est en manque de Cocon, et comme cette semaine ne nous en éloigna pas souvent, on a simplement habité tout le reste de notre château.

Les minis reprendront la route de l'école, avec tous les trois, de nouveaux cheveux, et la grande, de nouveaux yeux. Un petit air d'adolescence pointe le bout du nez avec cette allure de grande qui se transforme de jour en jour. On est pas bien loin de ce jour, où elle ne sera plus une enfant.

J'aurai adoré cette semaine, comme j'aimerai le retour à la routine, si je peux réussir à avoir un peu de temps entre les mille rendez-vous qui m'attendent. MrSuky va devoir se préparer à être patient, car la semaine sera assez solitaire pour lui... Et on peut s'attendre à ce que je fasse plus de salon pour survivre à cette folie!

Sur ce, je vous dis peut-être à demain, si l'inspiration me vient!

mercredi 9 mars 2011

Les yeux

Pour faire suite au billet précédent, qui a fait réagir un peu plus que les autres, je voudrais rajouter certaines choses. C'est avec ses yeux, que l'on admire le paysage qui nous entoure, c'est avec eux qu'on le juge, mais la détermination finale de ce que l'on en gardera se fait avec les yeux de l'âme. Car on ne peut regarder ce décor froid et n'y voir que du froid, le poids de la neige dont on devra s'occuper, le prix de l'électricité nécessaire à se chauffer pendant cette période plus froide.

Mais, si on s'en tient à cette façon de regarder la vie, il ne sera pas bien long avant que l'on trouve que cette vie est bien pénible, sombre, longue et misérable. Alors que l'on peut toujours, ou presque, trouver un côté positif à toute situation. Il y en a certaines plus décourageantes que d'autres, mais celles-là, elles rendent les beaux jours encore plus appréciables.

On a juste à penser au bonheur qui nous habite lorsque le soleil sort ses gros rayons et se met à faire fondre la neige, qu'on peut se passer d'un manteau, alors qu'il reste encore d'énormes bancs de neige, que l'on voit fondre à vue d'oeil, que l'on peut même entendre la musique de cette rivière qui s'écoule dans les rues, annonçant que bientôt, le blanc laissera place au vert émeraude partout autour de nous.

Je me suis plaint du manque de neige la plus grande partie de l'hiver, maintenant, je me sens un peu coupable d'en avoir tant réclamé, car, je suis assez servie, merci. Je ne le regrette pas, car un hiver sans neige, je trouve cela tout simplement triste. Je peux maintenant attendre la venue du prochain changement de saison, qui réchauffera mon coeur, encore une fois.

Et j'aurai de tout nouveaux yeux pour apprécier la beauté de la nature qui reprend vie. Car j'ai reçu mes belles lunettes Rouges. Tout me semble tellement plus clair, plus éclatant, c'en est étourdissant. Celles de FleurDesChamps sont maintenant vraiment plus fortes que mes yeux peuvent tolérer, elle a vraiment hérité des yeux de son papa.

Le printemps qui s'en vient, ne nous ramènera pas tout de suite notre GéantVert, mais il sera là avant l'été, ce qui est bien. Le temps passe, toujours bien trop vite, ce dont on ne se plaindra pas trop cette fois. On souhaitera qu'il s'étire lorsque l'on sera réuni, mais il passera aussi vite et l'heure du redépart sonnera trop tôt.

Merci des commentaires, ils sont toujours vraiment appréciés, et MissBecSucré, un petit tour dans mon pays de Zénitude te ferait peut-être du bien, juste à me faire signe!

Sur ce, je vais étrenner mes nouveaux yeux pour à la lecture et vous dis peut-être à demain!

lundi 7 mars 2011

La beauté du paysage

Assise à mon bureau, à regarder par la fenêtre, ce paysage que j'aime tant, par sa blancheur, par la magie qu'il représente toujours à mon coeur, tasse de café à mes côtés, écouteurs dans les oreilles, clavier sous les doigts, en pyjama, les minis côte à côte dans mon grand lit à écouter la FleurDesChamps lire le premier tome d'une série mystère, bonheur. Il ne manque à cette parfaite scène, que la présence, dans le coin opposé du bureau, de la silhouette de mon GéantVert, qui serait, lui aussi, assis à son bureau, en robe de chambre et café à la main. Il se retournerait, le sourire coquin, pour me dire à quel point le café est meilleur par un tel matin.

Je suis ici, au beau milieu de cette belle tempête, dans notre Cocon si paisible sous la neige, on se croirait au centre d'une boule de neige souvenir. Le décor pourrait être plus beau, si nous vivions dans un paradis de nature, mais on ne peut pas tout avoir à ce qu'on dit. On ne peut pas non plus décider de ce qui se construira autour de la maison familiale au cours de soixante ans. Nous sommes loin de la rue où ne se trouvaient que quatre maisons, et le vaste champ de blé qui habitait le paysage à l'arrière, a cédé sa place à l'AlléeDuTonnerre.

Les années n'ont pas amélioré ce quartier qui n'est décidément pas celui que j'aurais choisi, si ce n'eut été de l'attachement que j'avais pour cette maison. Je rêverais de champs, d'un verger à l'avant, d'un vaste terrain où pourraient aller se perdre les minis, mon rêve est si loin de la réalité. Mais, à l'intérieur de notre Cocon, c'est le coeur de notre famille qui bat et depuis déjà plus de dix ans, nous y avons fait nos propres souvenirs. Nous transformons ce cocon à notre image, petit à petit et un jour, il ressemblera au château que nous voyons au fond de notre coeur, depuis le tout début.

La beauté du paysage, dépend beaucoup du regard que l'on y porte. Aujourd'hui, je vois, l'une des dernière tempête de l'année, je vois le tourbillon du vent qui fait danser tous ces flocons, je devine le silence zen et... Je savoure!

Sur ce, je vous dis peut-être à demain!

samedi 5 mars 2011

On y est déjà

La semaine de relâche, je ne croyais pratiquement pas pouvoir m'y rendre. Il me semble avoir traversé septembre il y a si peu de temps. Cette semaine est pourtant signe que l'année scolaire tire à sa fin, il y en a bien plus derrière que devant. Nous aurons survécu à toutes les complications, jusqu'ici en tout cas.

C'est le temps de faire du Cocon, profiter de mes minis, car à les shipper chaque matin vers une vie où je ne peux les accompagner, bien que ça me rende un peu de liberté, ça m'enlève du temps avec eux. Les soirées sont tellement courtes, les bons moments disparaissent entre les devoirs, le souper, le bain et l'heure, si tôt arrivée, du coucher.

J'ai une semaine pour vivre de beaux moments avec eux, faire des activités, pas des sorties, des activités qui me ressemblent, ici, au coeur de notre Cocon. La semaine sera faite de cuisine en famille, de jeux, de bricolages, de conversations, de colleux sur LeDivan, de couchers plus tard, de musique, de lecture et de tous ces nombreux bonheurs que l'on retrouve, ici, Chez-Nous.

Il y aura aussi des moments juste à moi, à regarder la neige tomber, à savourer un bon café, à regarder mes minis s'amuser ensemble, à écouter cette musique que j'ai trop longtemps délaissée, pour cause de maternité et de vie qui passe trop vite. Pendant plusieurs années, j'ai perdu le plaisir de lire, d'écrire, d'écouter de la musique. Parce que je n'avais pas de temps seule avec moi-même, que j'en avais trop seule avec les minis, parce que je ne pouvais m'arrêter assez longtemps, parce que je ne voulais pas réveiller les minis avec ma musique, parce que je ne trouvais jamais de crayon au bon moment, parce que tout était toujours trop compliqué.

La technologie qui miniaturise tout et mes minis qui grandissent, m'ont enfin permis de retrouver ces plaisirs. Que serait ma vie, sans un clavier, un disque dur et un mp3... Je l'ignore, mais je l'aime avec, avec tous ces plus qui me facilitent la vie, qui me redonnent les plaisirs que j'oubliais. La vie est de plus en plus simple, plus belle, plus variée et c'est parfait ainsi.

Sur ce, je mets le cap vers l'épicerie pour me procurer ce dont j'ai besoin pour nos premières activités et vous dis peut-être à demain, si tout va bien!